dimanche 21 juillet 2019

Derniers adieux de Lisa Gardner



Résumé:

Est-ce parce qu'elle attend un enfant que Kimberly Quincy, agent du FBI, se sent particulièrement concernée par le récit incroyable et terrifiant d'une prostituée enceinte? Depuis quelque temps, elles sont plusieurs à avoir disparu d'Atlanta sans explication, comme évaporées, et Kimberly est bien la seule à s'en préoccuper. Un serial killer s'attaquerait-il à ces filles vulnérables? Aurait-il trouvé la clé du meurtre parfait ou s'agit-il de crimes imaginaires? Sans le savoir, la jeune femme s'enfonce dans le piège tendu par un psychopathe. Comme pour sa mère et sa soeur, victimes autrefois d'un tueur en série, le temps des derniers adieux est peut-être arrivé pour Kimberly... 

Mon avis : 

Pressée de lire ce Lisa Gardner, car ces derniers temps, j’en ai beaucoup entendu parler ! Pourtant le livre est sorti en 2011, mais face à cet engouement je me suis dit que j’allais me le procurer au plus vite. Alors que dire de ma lecture... si ce n’est que je n’ai pas eu de coup de cœur et que la seule chose que je garderai en mémoire, c’est toute cette histoire autour de l’araignée. On en apprend pas mal sur elle. Je vous rassure : ce n’est pas que ça, bien sûr. C’est un enfant qui nous raconte son histoire. Kidnappé et séquestré par un pédophile du nom de Dinechara ! Ce nom lui est donné par les gens, car il a en adoration les araignées et les collectionne d’ailleurs. Ensuite, nous faisons la connaissance des protagonistes. Tout d’abord un flic (obsédé par l’affaire) qui reçoit des permis de conduire sur son pare-brise de femmes disparues. Ensuite, le couple Kimberly et Mac, son mari. La jeune femme, enceinte de 5 mois, est épaulée par d’autres collègues, dont son père pour résoudre l’affaire. Il y a aussi le personnage de Rita, une vieille dame, qui essaie tant bien que mal de joindre les deux bouts. Une vraie force de la nature cette dame... On tourne les pages et on entre de plus en plus dans la pédophilie, les meurtres, la prostitution, la manipulation, le hard et le glauque. J’ai passé un bon moment passé les 300 pages avec un final œil pour œil, dent pour dent, j’ai envie de dire !

dimanche 14 juillet 2019

Souvenirs effacés de Arno Strobel



Résumé: 

Qui suis-je ?
Lorsqu'elle se réveille dans un hôpital, Sibylle, 34 ans, se souvient de tout, dont l'enlèvement de son fils par un homme tatoué. Cependant, à sa sortie du coma, le médecin prétend qu'elle n'a jamais eu d'enfant. Sibylle décide alors de prendre la fuite en pleine nuit pour rentrer chez elle. Une automobiliste la recueille et l'accompagne jusqu'à son domicile. Mais, quand elle sonne à la porte, son mari ne la reconnaît pas, malgré les détails intimes qu'elle lui livre. Quand ce dernier appelle la police, elle n'a d'autre solution que de nouveau prendre la fuite et part pour Munich, où, pressent-elle, se trouve la clé de l'énigme. Sur place, en regardant la télévision, elle reconnaît le médecin qui était penché sur elle à son réveil. Il dirige une importante unité de recherche sur le cerveau...
Elle décide alors d'aller le rencontrer pour savoir qui elle est vraiment...

Mon avis : 

Tout d'abord merci aux éditions de l'archipel et à Mylène pour ce service-presse!
Mon deuxième Arno Strobel et je dois dire que j’ai plus apprécié ma lecture avec celui-ci qu’avec « Enterrées vivantes ». Nous faisons la connaissance de Sibylle qui se réveille dans une chambre d’hôpital après deux mois de coma ! Par chance, elle n’a pas perdu la mémoire... Elle se souvient avoir mangé au restaurant avec son amie et ensuite avoir voulu rentrer à la fraiche par le parc. Mais voilà, elle a sûrement été agressée. Ensuite, elle pense à son fils... son mari et son amie ! Le médecin lui pose des questions et là c’est le drame, car celui-ci lui dit qu’elle n’a pas d’enfants, mais qu’il va appeler son mari dès qu’elle ira un peu mieux. Seulement Sibylle trouve ça louche... et pourquoi n’y a-t-il pas de poignée à la porte de sa chambre ? Ni une ni deux, elle trouve un subterfuge pour se sauver ! Et là, elle se rend compte qu’elle était enfermée dans la cave d’un hôpital. Enfin elle voit son mari, mais celui-ci ne la reconnaît pas et lui dit qu’ils ont encore moins un fils ! Seulement Sibylle garde le souvenir de son enfant enlevé et sait qu’il se trame quelque chose ! Et sa meilleure amie qui refuse de la croire. Dès lors, elle n’aura de cesse de chercher la vérité. Au début, j’ai eu peur de me retrouver dans un téléfilm de série B qui passe sur la une, mais pas du tout... Et, croyez-moi avec tous les protagonistes du roman, j’ai accusé tout le monde, j’ai douté. L’auteur nous sert un kidnapping, une agression, des mensonges, du suspense et des rebondissements ! J’ai aimé ma lecture, car Sibylle est forte et fragile à la fois et ce qui la fait tenir je pense que c’est qu’au plus profond de ses tripes elle sait qu’elle a un fils. Mais voilà, Sibylle a-t-elle vraiment un fils ?! Comme vous l’avez compris, j’ai été un peu plus conquise par l’auteur, mais je vais me risquer à lire un troisième livre de l’auteur pour ma décision finale.


mercredi 10 juillet 2019

Enterrées vivantes de Arno Strobel



Résumé : 

Quand elle ouvre les yeux, rien. Le noir total. Si elle essaie de bouger, elle se cogne de tous côtés contre une paroi. Elle se sait prise au piège. Enfermée dans un cercueil, d’où personne ne peut l’entendre crier. 
Quand Eva se réveille, elle comprend qu’il s’agissait d’un cauchemar. Mais le soulagement n’est que de courte durée : elle remarque sur son corps des traces de coups, comme si elle avait réellement été molestée ou qu’elle s’était débattue. 
Au même moment, à Cologne, la police découvre le corps d’une femme enterrée vivante dans un cercueil… qui n’est autre que la demi-sœur d’Eva. Pour Eva, c’est certain : il ne s’agit pas d’une simple coïncidence. Aussi préfère-t-elle ne pas en parler aux enquêteurs. 
Quand, peu de temps après, le cadavre d’une autre femme est retrouvé dans les mêmes conditions, le commissaire Menkhof souhaite d’urgence interroger Eva. Mais celle-ci s’est volatilisée juste après avoir consulté son psy…

Mon avis :

Voilà, je me lance dans mon premier Arno Strobel, offert par une très bonne amie qui connaît mes goûts et mes maisons d’édition favorites. En l’occurrence, là, les éditions de l’Archipel (Archipoche) qui ne m’ont jamais déçue ! Nous faisons la connaissance d’Eva qui est dans un cercueil, je vous laisse imaginer l’angoisse. Elle se réveille dans son lit, ce n’était heureusement qu’un cauchemar très réaliste. Eva se demande pourquoi elle a les mains rouges et écorchées, mais l’attribue à une crise de somnambulisme, car rien d’autre ne lui vient à l’esprit. La jeune femme est riche et possède une grosse entreprise, mais elle laisse Mr Hubert Wiebking, ami de son père et cofondateur, aux rênes. Survient un premier meurtre et la victime n’est autre que Inge, la demi-sœur d’Eva. L’enquête commence pour trouver le coupable. Mais très vite un deuxième meurtre, mais voilà l’enquête piétine. Eva angoisse et parle de son rêve à son amie Wiebke qui lui propose de lui prendre un rendez-vous chez un psy pour l’aider à y voir plus clair. J’ai aimé découvrir l’auteur, j’ai eu un peu de mal pour la prononciation des noms allemands. La lecture est fluide, le livre se lit très vite. Je ne vous cacherai pas que j’ai deviné assez vite qui était le tueur, mais pour l’originalité je me suis laissé tenter jusqu’à la fin. Ce n’est pas un coup de cœur, mais je retente de ce pas l’expérience avec cet auteur, car je pense que c’est peut-être parce que j’ai lu énormément de thrillers que j’ai trouvé le tueur.

jeudi 4 juillet 2019

Hell.com de Patrick Senecal


Résumé:

« Monsieur Saul, nous vous souhaitons la bienvenue parmi notre groupe sélect. Sachez que l'enfer est partout et qu'il accueille deux classes de résidents : les démons et les damnés. La grande majorité des humains font partie de la seconde classe ; seuls les privilégiés comme vous appartiennent à la première. Et en enfer, les démons ont tous les droits. »

Depuis qu'il a pris la tête de la société immobilière de son père, Daniel Saul est devenu l'un des hommes d'affaires les plus riches du Québec. Dans la jeune quarantaine, beau, fonceur, intelligent et sans pitié pour la concurrence et les losers, Daniel a tout pour lui et ne se gêne pas pour prendre le reste.

Quand Martin Charron, un financier et ancien confrère de collège, lui propose de devenir membre de Hell.com, un site Internet secret où tout – mais vraiment tout ! – est possible pour ceux qui le fréquentent, Daniel sait qu'il ne pourra refuser de s'inscrire. N'est-il pas un « puissant de ce monde », comme son père l'a été avant lui et comme Simon, son fils adolescent dont il a la garde exclusive, le deviendra à son tour ?

Or, ce que Daniel Saul a oublié, c'est qu'on ne monte jamais aux enfers, on y descend ! Et leur profondeur, qui est abyssale, n'aura bientôt d'égale que celle de son désespoir !

Mon avis: 

Mon premier Patrick Senécal, je ne connaissais par du tout l’auteur, mais voyant autant de bonnes critiques au sujet de ses livres, j’ai voulu me lancer ! J’ai choisi ce titre, car c’est pour ainsi dire le livre-choc, celui qui dérange... Nous faisons la connaissance de Daniel Saul, PDG d’un empire immobilier. Divorcé, il vit seul avec son fils dont il a la garde exclusive. L’homme d’affaires adore s’envoyer en l’air et adore aller dans des clubs échangistes avec sa collègue Marie avec qui il entretient une relation libre. Un jour, alors qu’il est sur un chantier pour racheter des églises, il revoit un ancien collègue de son lycée, Martin Charron qui travaille en free-lance à ce jour. Après avoir fait quelques affaires ensemble, il lui propose de passer une soirée entre hommes dans un endroit plus hot que son club d’échangistes. Tout d’abord sceptique, Daniel accepte la proposition. La soirée se passe encore mieux que ce que le PDG aurait pensé et même le hante. Il en parle à son ami et celui-ci lui propose de s’abonner pour rester dans ses fantasmes ou alors pour goûter à d’autres plaisirs carrément plus hardcores.
 C’est aussi l’histoire d’un père et d’un fils qui se perdent et d’une décision finale. Je ne vous en dirai pas plus pour ne pas spoiler, 
mais sachez que vous trouverez dans ses 600 pages de la violence, des bagarres, des sados-masos, des viols, etc. Et aussi un meurtre. Âmes sensibles s’abstenir. 
J’ai aimé ce livre qui malgré ses 600 pages se lit assez vite tellement j’ai été happée par l’histoire. L’écriture est fluide et je n’ai pas trouvé de longueurs et ça,
 c’est un point fort ! Ça n’a pas été un coup de cœur pour moi ni un livre qui me marquera longtemps. Je pense relire l’auteur à coup sûr.


dimanche 30 juin 2019

Monsieur de E.L James



Résumé: 

Londres 2019. La vie est douce pour Maxim Trevelyan. Avec sa belle allure, ses relations aristocratiques et son aisance financière, il n'a jamais eu à travailler et dort rarement seul. Mais tout va changer lorsque la tragédie frappe et que Maxim hérite du titre de noblesse, de la fortune de sa famille, et de toutes les responsabilités qui en découlent. Un rôle auquel il n'est pas préparé et qu'il a du mal à assumer.
Son plus grand défi sera de lutter contre son désir pour une jeune femme énigmatique fraîchement arrivée en Angleterre et dont le passé trouble semble inquiétant. Réservée, belle et douée pour la musique, elle reste un mystère, et Maxim éprouve pour elle une passion qui lui est inconnue et qu’il n'ose nommer. Qui est Alessia Demachi ? Maxim peut-il la protéger de la malveillance qui la menace ? Et comment réagira-t-elle quand elle apprendra qu'il a lui aussi ses propres secrets ?
Du cœur de Londres à la Cornouaille sauvage en passant par la sombre beauté des Balkans, The Mister est un voyage fait de montagnes russes où danger et désir envoûtent le lecteur à bout de souffle jusqu'à la dernière page.

Mon avis :

Lorsque j’ai vu que E.L. James avait sorti un nouveau livre, je me suis tout de suite jetée dessus ! Pourtant, pour raisons personnelles, j’avais décidé de stopper la lecture ! Mais je dois dire que grâce à l’auteure, cela m’a donné envie de remettre le pied à l’étrier ! J’ai bien apprécié le livre en général, bon, rien de transcendant non plus, mais j’ai découvert avec plaisir qu’il n’y avait aucun rapport avec notre beau Christian Grey ! Maxim est pour moi complètement différent ! Pour vous détailler un peu l’histoire, ici notre beau ténébreux s’appelle Maxim. Maxim mène une vie de riche oisif vivant au jour le jour ! Et ramenant une nouvelle conquête tous les soirs. Un jour survient un drame son frère, Kit, l’adoré de la famille meurt dans un accident de moto. Le vilain petit canard est contraint de devoir faire face aux responsabilités dues à son rang et se mettre vraiment au travail ! Oui, car « Monsieur » est DJ. Et puis vient un jour où il fait la connaissance d’Alessia. Sa femme de ménage. Et là, il est subjugué par sa beauté, son regard, ses yeux d’un noir intense. Il n’aura de cesse de penser à elle et de vouloir tout découvrir d’elle. Elle devient malgré lui son obsession ! Je vous accélère les choses pour ne pas spoiler le livre ! Il comprendra vite que la belle a des habitudes très strictes dues à son éducation en Albanie... Elle est, comme il le dit, gracieuse, intelligente et joue merveilleusement bien du piano. Mais son histoire est vraiment triste et touchante. Touché par la jeune femme, il devient doux, tendre et prévenant. Par contre, pour tout vous dire, une fois que Maxim a appris les joies de l’amour à sa belle, j’ai trouvé celle-ci très libérée, assez rapidement. En bref, un premier tome qui plante le décor. Et une fin de tome 1 prévisible. Je pense faire une seconde tentative avec le tome 2 !

jeudi 27 juin 2019

piège conjugal de Michelle Richmond



Résumé: 

Alice, ancienne rockeuse reconvertie en avocate, et Jake, psychologue, s'aiment, l'avenir leur appartient. Le jour de leur mariage, un riche client d'Alice se présente avec un cadeau singulier : l'adhésion au « Pacte ». Le rôle de ce club ? Garantir à ses membres un mariage heureux et pérenne, moyennant quelques règles de conduite : décrocher systématiquement quand le conjoint appelle, s'offrir un cadeau tous les mois, prévoir une escapade trois fois par an... mais surtout, ne parler du Pacte à personne. Alice et Jake
sont d'abord séduits par l'éthique, les cocktails glamour et la camaraderie que fait régner le Pacte sur leur vie... Jusqu'au jour où l'un d'eux contrevient au règlement. Le rêve vire au cauchemar. Mais comme le mariage, l'adhésion au Pacte, c'est pour le meilleur... comme pour le pire.

Mon avis:

Que dire sur ce livre à part que j’ai adoré sa couverture et le résumé qui pour moi était original. J’ai tout de suite été happée par l’histoire et surtout par le pacte. L’histoire est à la première personne, c’est le mari qui nous raconte toute l’histoire. Bon, sur un gros début, j’ai trouvé ça gnangnan la guimauve et les « I love you baby ! »... Mais quand l’histoire se met en place pour nous expliquer ce qu’est exactement le pacte, ma lecture est devenue vraiment très intéressante, je dois dire ! Lors de leur mariage, Jack et Alice reçoivent une boîte mystérieuse. Une boîte avec des contrats pour rejoindre le Pacte. Ce dernier garantit à ses membres un mariage durable, si vous suivez les règles bien évidemment. Sachez que si vous enfreigniez les règles, la sentence tombera sans se faire attendre. L’écriture est fluide et agréable. Le livre est agréable à lire et les périphéries sont au rendez-vous. Je pense relire l’auteure à coup sûr !

mardi 25 juin 2019

Sans mon ombre de Edmonde



Résumé : 

Alice a tué Célia, sa jumelle. Son reflet, un alter ego inversé dont elle enviait la vie de rêve. Alors que, célibataire, elle doit gagner sa vie en enseignant la philosophie, sa jumelle, épouse et mère comblée, mène l'existence oisive des riches, dans le luxe et un magnifique cadre de vie au bord de la mer. Mais la mort de Célia va permettre à Alice de prendre sa place.
Du moins le croit-elle. Car au "pays des merveilles", ce n'est pas le bonheur mais le désenchantement qui l'attend. La vie d'Alice de l'autre côté du miroir va tourner au cauchemar... jusqu'à lui faire réaliser, mais un peu tard, que le beau miroir était celui des alouettes...

Mon avis :

La première page donne le ton. Alice et Celia ont une violente dispute qui finit par le décès de Celia dû à sa chute. Alice voit là une opportunité : pourquoi ne pas prendre la place de sa jumelle parfaite ? Terminé sa petite vie de professeur de philo et son éternel deuxième place qu'elle tient depuis toute petite. Car, pour tout le monde et surtout sa mère, Celia est sage, Celia est la meilleure et tu devrais prendre exemple sur ta soeur. Mais elle va faire mieux... Elle va prendre sa place, mais en prenant la place de sa défunte soeur, elle apprendra qu'elle a une « morue » de belle-mère, un mari violent et volage et un amant ainsi que bien des choses sur leurs « amis ». Et un jour une découverte dans la mansarde. « La découverte ». le journal intime de Celia. Alice le lit et découvre une Celia sans filtre sans tabous qui s'épanche sur son journal comme on le ferait sur l'épaule d'une meilleure amie. J'ai adoré les pensées en italique d'Alice qui m'ont beaucoup fait rire, c'est ce qui a donné un plus au livre pour ma part. J'ai été triste de quitter tous ces personnages, ce n'est pas que je les ai aimés, mais j'étais vraiment bien dans ma lecture. Des chapitres courts, écriture fluide et une lecture très addictive, mais je ne vous en dirai pas plus. Sauf qu'il faut vite le réserver ou vous le noter, car mon coup de coeur sort le 17 avril en librairie !